Histoire et récit érotique

L’histoire personnelle que je vais vous raconter s’est déroulée il y a maintenant 5 ans. Je venais de faire la connaissance de ma future épouse. À cette époque, nous étions tous deux célibataires. Dès que l’on pouvait, nous trouvions le moyen d’avoir des relations sexuelles.

L’invitation à un mariage en Corse

Un jour, dans ma boîte aux lettres, j’avais reçu une invitation pour le mariage d’un ami en Corse. L’occasion parfaite pour moi d’emmener ma nouvelle amie en week-end et de lui présenter mon copain de longue date. Une fois sur place, ma chérie et moi avons quitté l’aéroport d’Ajaccio pour nous rendre directement dans la somptueuse villa de Guillaume, mon ami. Le mariage avait lieu dans son immense propriété bordé d’un parc verdoyant. Il avait aménagé des barnums de réception. En plus, le beau temps était au rendez-vous.J’étais habillé de manière on-ne-peut-plus classique : costume bleu marine, cravate.

Tailleur sexy, porte-jarretelles et bas nylon

Marie, était habillée très sexy en tailleur fuchsia, des bas nylon, un string et un porte-jarretelles. Elle m’excitait terriblement. Je m’imaginais déjà en train de soulever sa jupe et de glisser mes mains en dessous. Cela n’allait pas tarder. En débarrassant nos affaires dans la chambre, nous nous étions excités mutuellement : elle m’avait caressé la queue à travers le pantalon. Je bandais comme un fou. À mon tour, en clipsant les bas à son porte-jarretelles, j’avais délicieusement caressé sa chatte bien humide. Elle mouillait d’excitation. Je m’étais attardé sur son clitoris que je tournicotais avec mon doigt. J’avais vraiment envie de la déshabiller et de la prendre sur lit, directement en levrette. Mais le moment était mal venu, il fallait que l’on rejoigne les invités autour du bar. Je sentais néanmoins la frustration de ne pouvoir aller jusqu’au bout.

Fellation dans les toilettes

Pendant le cocktail, le champagne coulait à flot et Marie et moi, on n’arrêtait pas de se chauffer en se frottant l’un à l’autre. Je serrais mon sexe dur contre ses fesses moulées dans sa jupe serrée. Avant de se diriger dans la salle du dîner, un passage vers les toilettes s’imposait. Avec des idées coquines plein la tête, j’avais subtilement manœuvré pour attirer Marie avec moi dans les toilettes. Il fallait se dépêcher car les mariés se faisaient de plus en plus pressant et commençaient à faire des annonces. Elle a sorti ma queue raide du pantalon, l’a prise à pleine mains et a commencé à me branler. Sentant que j’allais éjaculer bien trop rapidement, je lui ai demandé de ralentir la cadence. En même temps qu’elle me masturbait, elle se caressait aussi la chatte par dessus sons string.

Fellation dans les toilettes

Assis sur les toilettes, je lui suggérais de me faire une fellation. Elle à) commencé à me tailler une pipe d’enfer. Je poussais des gémissements de plaisir tellement Marie sait y faire. Avec autant de savoir-faire je n’ai pu contenir mon plaisir et j’ai jouit directement dans la bouche de ma chérie. Tout en faisant attention de ne pas éclabousser son tailleur. Pris par le temps, je ne pouvais pas m’occuper d’elle à ce moment. Je l’a sentais frustré. Mais nous ne pouvions pas faire autrement.

fellation gorge profonde

Levrette dans le parc

Installé à notre table, ronde et drapée d’une belle nappe blanche, je passais ma main en dessous pour caresser la chatte de Marie. L’envie de baiser était de plus en plus forte. Il fallait trouver un exutoire pour soulager notre désir partagé de sexe. À la fin du dessert, pendant que toutes et tous sortaient pour fumer une cigarette, nous en avons profité pour aller dans le fond du parc. Il y avait un grand atelier qui faisait office de débarras. La porte était ouverte et nous avons pris soin de ne pas allumer la lumière. L’éclairage naturel de la lune nous permettais d’y voir à peu près.

Par chance, dans un coin, se trouvait un vieux canapé en cuir. J’ai ôté ma veste et j’ai expressément emballé ma chérie. J’ai aussitôt dégrafé son chemisier et remonté sa jupe. Je l’ai attrapée par la taille et je l’ai assise sur le canapé. J’ai enlevé son string qui collait légèrement à son abricot juteux. J’ai plongé ma tête entre ses cuisses pour glisser délicatement ma langue entre les lèvres humides de sa chatte. L’odeur de la cyprine était agréable, depuis le temps qu’elle attendait ce moment. Elle jouissait tout en dissimulant ses petits cris aigus pour ne pas éveiller les soupçons de notre présence.

Sur le canapé, elle s’est mise ne position de levrette, à quatre pattes. Elle m’offrait son cul joliment habillé d’un porte-jarretelle qui tenait ses bas nylon. J’ai passé ma queue dans son abricot et je caressais ses lèvres avec mon gland. Nul besoin de lubrifiant, sa chatte dégoulinait de mouille.

Levrette en-bas nylon

En passant sa main par dessous, elle saisit ma verge dure et l’enfonça elle-même dans le trou de sa chatte. Je l’ai baisé comme un fou en lui assénant de bons coups de bite par derrière. Pendant la levrette, je caressais ses seins. Nous avons jouit en même temps. J’ai envoyé tout mon foutre épais et chaud dans le fond de son vagin.

Chatte poilue

Après l’embrassade de l’amour, nous nous sommes essuyés avec un chiffon qui traînait par là. Nous avons regagné la soirée et avons dansé jusqu’au bout de la nuit. Je me suis rendit compte que j’avais conservé son string dans la poche de ma veste. Quand j’allais aux toilettes, j’en profitais secrètement pour renifler l’odeur de sa chatte.